Connectez-vous avec nous

Monde

Gaza : le numéro 3 du Hamas, Marwan Issa, a été tué lors d’une opération israélienne, affirme la Maison Blanche

Une perte symbolique pour le Hamas. Marwan Issa, numéro deux des brigades al-Qassam, la branche armée du mouvement islamiste palestinien, a bien été tué par une frappe israélienne survenue dans la nuit du 9 au 10 mars dans le centre de la bande de Gaza, près de Nuseirat. L’information a été confirmée par la Maison Blanche lundi.

« Marwan Issa a été tué lors d’une opération israélienne la semaine dernière », a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de l’exécutif américain, Jake Sullivan, lors d’une conférence de presse.

Il n’y avait pas d’otages dans la zone de la frappe, avait déclaré le porte-parole de l’armée israélienne Daniel Hagari, citant alors les services de renseignements israéliens.

Marwan Issa, né en 1965, est l’adjoint de Mohammed Deif, le chef des brigades al-Qassam. Les deux hommes ont été inscrits en décembre par l’Union européenne sur la liste noire sanctionnant les personnes ou organisations impliquées dans des actes « terroristes ». Yahya Sinouar, le chef du mouvement islamiste palestinien à Gaza, considéré comme l’architecte de l’attaque du 7 octobre contre Israël, a été ajouté à cette liste en janvier.

Des médias palestiniens avaient rapporté en décembre que le fils de Marwan Issa, Mohammed, avait été tué dans une frappe israélienne.

>> Plus d’informations à suivre…

Monde

Le Brésil suffoque : 62,3°C degrés ressentis à Rio, un record

La vague de chaleur qui touche l’Amérique latine depuis le début de l’année a fait grimper la température ressentie à un niveau record de 62,3°C degrés Celsius à Rio de Janeiro au Brésil ce week-end, alors que la pluie menace dans le sud du pays.

« Evitez toute exposition prolongée au soleil. Hydratez-vous !« , a averti sur X le système d’alerte municipal de Rio, en annonçant une température ressentie de 62,3°C degrés Celsius à 09H55 locales à Guaratibaun quartier de l’ouest, après 60,1°C la veille, un record depuis que ce type de mesure a commencé en 2014.

La zone ouest de Rio est composée de quartiers pauvres, excentrés et mal desservis, où vit plus de 40% de la population de cette ville de plus de six millions d’habitants.

Avec une température réelle maximale de 42°C dimanche, la température ressentie est montée au plus haut même dans le quartier résidentiel du Jardin botanique dans le sud de Rio, privilégié avec sa nombreuse végétation et où la température ressentie est montée à 57,7°C dimanche.

« Nous essayons de nous protéger, d’aller dans un endroit plus ouvert, avec la mer mais il faut faire quelque chose« , a confié à l’actuinfo360 une habitante de Rio, Raquel Correia, 49 ans, dans un parc du centre.

« J’ai très peur que cela empire, car la population augmente beaucoup et la déforestation est très importante en raison de l’augmentation du nombre de logements« , a-t-elle ajouté.

Emblématiques de Rio, les plages d’Ipanema et Copacabana étaient noires du monde dimanche. Beaucoup ont également trouvé refuge au parc de Tijuca, poumon vert en pleine ville. A Sao Paulo, plus importante ville d’Amérique du Sud avec le double d’habitants de Rio, plus de 12 millions, la journée de samedi a été la plus chaude de l’année avec un mercure qui a grimpé à 34,7° C.

C’est la température la plus élevée pour un mois de mars depuis que l’Institut national brésilien météorologique (Inmet) a commencé ses mesures en 1943.

La journée de dimanche a apporté un soulagement à peine perceptible : le thermomètre est redescendu à 34,3 ºC, au niveau du précédent record pour un mois de mars enregistré en 2012.

Là encore, les parcs de la métropole la plus peuplée du Brésil, ont fait le plein. Beaucoup se sont également lancés à l’assaut du littoral, entraînant des embouteillages monstre aux portes de la ville, jusqu’à anciennement une file de 20 kilomètres de voitures, selon les médias locaux.

« Avant nous n’avions pas une telle chaleur, ça a beaucoup changé depuis quelques temps« , s’est plaint auprès de l’actuinfo360 Vanuza Maria Estevan, une habitante de 40 ans.

Inondations au sud

Dans le sud du Brésil, c’est au contraire la pluie qui menace. Des extrêmes devraient continuer cette semaine, ont mis en garde les autorités.

« La semaine sera à risque élevé de fortes pluies et d’orage dans le centre-sud du Brésil« , a averti dimanche l’agence d’information météorologique MetSul. « Le système le plus préoccupant est un front froid très intense qui arrivera avec des pluies torrentielles et de possibles coups de vent », a-t-elle ajouté.

Certaines localités de l’Etat du Rio Grande do Sulent enregistrent les volumes de prélèvement « exceptionnellement élevée« . A Uruguaiana, la ville la plus touchée de l’Etat, a diffusé des images de rues inondées et d’autobus à moitié dans l’eau.

Jusqu’à 500 millimètres d’eau pourraient tomber, selon MetSul, alors qu’en février l’Etat du Rio Grande do Sul suffoquait de chaleur en raison d’un « dôme de chaleur extrême » en provenance d’Argentine.

Les experts attribuent ces phénomènes extrêmes et l’instabilité météorologique au changement climatique et au phénomène El Niño qui touche le cône sud de l’Amérique latine, en pleine période estivale, provoquant des incendies de forêt au Chili.

Le climat actuel s’est déjà réchauffé d’environ 1,2°C par rapport à 1850-1900, provoquant une augmentation des épisodes de sécheresse, d’inondations et de vagues de chaleur.

Continuer à lire

Monde

Photo de médecins sud-coréens nouvellement embauchés déformée dans des articles sur le débrayage des médecins

Des professeurs de près de 20 facultés de médecine de Corée du Sud se sont engagés à démissionner le 25 mars 2024 pour protester contre le projet du gouvernement d’augmenter les admissions dans les facultés de médecine l’année suivante. Mais les publications sur les réseaux sociaux – qui spéculaient sur les démissions avant qu’elles ne soient officiellement annoncées – ont partagé de manière trompeuse une photo qui montre en réalité de nouvelles recrues.

« Les professeurs de l’hôpital universitaire de Hanyang démissionnent », indique le titre en coréen d’un message partagé sur un forum en ligne sud-coréen populaire appelé DC à l’intérieur le 12 mars.

Il comprenait une capture d’écran d’un article publié le même jour par le média en ligne sud-coréen Rapportian à propos de médecins spécialistes nouvellement embauchés à l’hôpital universitaire de Hanyang, dans la capitale Séoul (lien archivé).

L’image montre 11 médecins en blouse blanche.

<span>Capture d’écran du post DC Inside, prise le 18 mars 2024</span> » data-src= »https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/UQY0yDzg__88FLWGcHOhpA–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTEyMDE-/https://media.zenfs.com/en/afp_factcheck_us_713/75c025cb951f18a0f92cf b053c336a2e »><noscript><img alt=Capture d’écran du post DC Inside, prise le 18 mars 2024 » src= »https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/UQY0yDzg__88FLWGcHOhpA–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTEyMDE-/https://media.zenfs.com/en/afp_factcheck_us_713/75c025cb951f18a0f92cfb 053c336a2e » class= »caas- img »>

Capture d’écran du post DC Inside, prise le 18 mars 2024

Quelque 10 000 jeunes médecins en Corée du Sud a quitté le travail dans une impasse avec le gouvernement sur les réformes proposées en matière de formation médicale depuis le 20 février.

S’il est mis en œuvre, le plan permettrait d’admettre 2 000 étudiants supplémentaires chaque année dans les facultés de médecine à partir de l’année prochaine, afin de remédier à ce que Séoul a qualifié de l’un des ratios médecins/population les plus bas parmi les pays développés.

Les médecins en grève ont fait valoir que le plan proposé éroderait la qualité des services. Certains professeurs de médecine ont également déclaré qu’ils prévoyaient de démissionner le 25 mars à cause de cette dispute, a indiqué l’agence de presse YONHAP. signalé (lien archivé).

Les messages trompeurs en ligne – diffusés avant toute annonce officielle sur les démissions prévues – ont été partagés sur des forums en ligne sud-coréens tels que FM Corée et Béflixet Instagram.

Cependant, l’image des médecins nouvellement embauchés a été déformée.

La photo présentée a été initialement publiée sur le site de l’hôpital. site web dans un communiqué du 12 mars (lien archivé).

Dans le communiqué qui l’accompagne, l’hôpital indique avoir recruté 11 spécialistes dans divers domaines, dont l’oncologie et la pédiatrie. Les nouvelles recrues ont commencé à travailler le 1er mars, précise le communiqué.

Vous trouverez ci-dessous une capture d’écran comparant la photo partagée en ligne de manière trompeuse (à gauche) et celle du site Web de l’hôpital (à droite) :

<span>Photo partagée de manière trompeuse (à gauche) et photo originale du site Web de l’hôpital (à droite)</span> » data-src= »https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/0mKiXeON.1_KBRK8GfCu4w–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTMzNQ–/https://media.zenfs.com/en/afp_factcheck_us_713/dd29120c74065ddb6fc 171b7137eb4e6″ ><noscript><img alt=Photo partagée de manière trompeuse (à gauche) et photo originale du site Web de l’hôpital (à droite) » src= »https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/0mKiXeON.1_KBRK8GfCu4w–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTMzNQ–/https://media.zenfs.com/en/afp_factcheck_us_713/dd29120c74065ddb6fc1 71b7137eb4e6″ classe= « caas-img »>

Photo partagée de manière trompeuse (à gauche) et photo originale du site Web de l’hôpital (à droite)

En réponse aux publications trompeuses en ligne, un représentant de l’hôpital universitaire de Hanyang a déclaré le 15 mars à l’actuinfo360 qu’il n’y avait pas encore eu de démission massive de professeurs.

« Je comprends qu’ils ont discuté de la question jusqu’à hier soir, mais la décision finale n’a pas encore été prise », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que les 11 professeurs ont été recrutés dans le cadre d’un exercice de « recrutement de routine », sans rapport avec l’action collective des professeurs en place.

Continuer à lire

Monde

« Le dernier réduit des réfugiés » : à Rafah, le mirage d’une évacuation des civils avant l’ultime offensive

Annoncé début février, un tel assaut s’apparenterait à une escalade majeure dans la détérioration de la situation humanitaire de cette ville du sud de la bande de Gaza, bombardée régulièrement par Tsahal depuis plusieurs semaines, où s’entassent près de 1,5 million de Palestiniens, selon l’ONU. « Rafah est le dernier réduit dans lequel ces populations ont été contraintes d’évacuer : elles sont aujourd’hui exsangues, épuisées, affamées et en partie malades », rappelle Claire Magone, directrice générale de Médecins Sans Frontières.

Continuer à lire