Connectez-vous avec nous

Sport

JO Paris 2024 : « Je ne m’arrêterai pas au premier non »… Thierry Henry combatif malgré la lettre du Real Madrid

A quatre mois des JO de Paris 2024, Thierry Henry poursuit son combat pour disposer des meilleurs joueurs disponibles pour la compétition. Le dernier épisode en date est une lettre du Real Madrid à la Fédération française de football, dans laquelle le club merengue annonce qu’il n’autorisera pas ses joueurs à participer aux JO de Paris l’été prochain.

Une réponse négative qui concerne Ferland Mendy et Eduardo Camavinga, mais qui ne mentionne pas Kylian Mbappé, comme nous l’évoquions ce vendredi, pour la simple raison que le capitaine des Bleus n’est pas (encore ?) un joueur du Real Madrid. Thierry Henry n’a pas éludé le sujet en conférence de presse ce lundi. « Je m’en doutais. Les clubs à l’étranger ne vivent pas la même situation que nous en France. Les clubs français seront là pour aider, mais pour les clubs étrangers c’est normal qu’il y ait ce non », a-t-il expliqué calmement.

« Beaucoup de noms qu’on aimerait avoir »

Mais le champion du monde 1998 ne lâche rien. « Je n’ai jamais arrêté la première fois pas. Nous verrons ce que nous pouvons faire. On va essayer de voir si on peut discuter, si on peut être reçu… Ce n’est pas facile. « Ce n’est pas dans un esprit défaitiste, mais la décision appartient toujours aux clubs », a rappelé l’entraîneur de l’équipe de France olympique.

Indécision qui oblige Thierry Henry à multiplier les possibilités de création de son groupe. « Il faut interroger un peu tout le monde. On ne sait pas quand ce sera un oui ou un non… Il est difficile de préparer quelque chose sans avoir de certitudes. Il y a des noms que nous aimerions, oui. Tous les noms, même (rires). Si le oui arrive et que le joueur change de club ou s’il y a un changement d’entraîneur, les choses pourraient changer. Il faut prévoir différentes situations », a-t-il expliqué.

Mais interrogé sur l’éventuelle absence de Kylian Mbappé et si ce serait une « catastrophe » pour les Jeux de Paris, Henry a d’abord proposé de « poser la question à Tony Estanguet » avant d’expliquer : « On ne sait toujours pas où il est ». Nous savons qu’il va partir, alors nous verrons ce qui se passera. Nous voulons avoir la meilleure équipe, mais nous n’avons aucune certitude. Tout le monde veut venir. Que ce soit possible… c’est un autre débat. »

« Comme c’est un rendez-vous Fifa, ça peut être compliqué pour moi, pour le joueur… » a-t-il poursuivi. Il suffirait que ce soit un. » Les idées du formateur sont bien claires quant aux profils qu’il souhaite intégrer dans son groupe : « Je sais exactement pour quels postes je veux recruter des personnes de plus de 23 ans. » Je garde les noms (rires). » Après cette réunion, il entamera des discussions avec les joueurs et les clubs concernés : « A partir du mois d’avril nous voyagerons (rires). »

A propos de Cherki : « Ne pas voir son nom sur la liste a dû lui faire mal »

Thierry Henry doit constituer une liste de 18 joueurs et 4 réservistes avant les matchs. En attendant, son groupe, que Rayan Cherki vient de rejoindre suite au forfait de Chotard et Rutter, doit affronter la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis les 22 et 25 mars à Châteauroux puis à Sochaux.

Quant aux Lyonnais, qui ont brillé face à Toulouse au lendemain de l’annonce d’une liste dans laquelle il ne figurait pas, Henry a lui aussi dû réagir : « Au moins il s’est réveillé », a-t-il dit. Il a concédé. Ne pas voir son nom sur la liste a dû l’énerver aussi, mais ça fait trois mois qu’il était censé y être irrité A Lyon ! Tout le monde aime Cherki quand il est bon, mais dans le football moderne, il faut être cohérent. »

Sport

Fin de saison pour Bilal Coulibaly, victime d’une fracture du poignet droit

« La blessure, qui est traitée de manière conservatrice, s’est produite lorsque Coulibaly est tombé lors du match du 16 mars à Chicago. », a précisé son club sur les réseaux sociaux. La première saison en NBA reste une réussite pour le joueur de 19 ans, qui a joué en moyenne 27 minutes par match et récolté 8,4 points de moyenne.

Continuer à lire

Sport

Voeckler et le casse-tête de la sélection pour les JO de Paris : « Je n’ai jamais donné ma parole à personne »

Lorsqu’il se rase, il ne pense pas forcément aux Jeux Olympiques de Paris, mais du moins lorsqu’il roule. Thomas Voeckler, l’entraîneur de l’équipe de France cycliste, avoue attendre avec beaucoup d’impatience l’échéance du samedi 3 août et la course en ligne dans les rues de Paris. Contrairement aux Championnats du monde, sa tâche risque de devenir plus ardue, surtout compte tenu du nombre de coureurs qu’il peut sélectionner, à savoir quatre seulement, dont l’identité sera annoncée le plus tard possible, le 5 juillet. Il explique la difficulté de sa mission.

Pensez-vous depuis longtemps aux jeux de course en ligne ?

Continuer à lire

Sport

JO Paris 2024 : Course sur route ou VTT, pourquoi Mathieu Van der Poel n’a pas encore décidé

La saison des Classiques vient à peine de commencer que Mathieu Van der Poel a déjà assuré son avenir à long terme. Le champion du monde néerlandais (route et cyclocross) de 29 ans a prolongé son contrat avec Alpecin-Deceuninck jusqu’en 2028.

Le petit-fils de Raymond Poulidor a également signé un partenariat de dix ans avec la marque de vélos Canyon. « Peut-être cinq ans comme coureur, puis les autres comme ambassadeur », a-t-il déclaré lors de l’annonce officielle ce lundi, deux jours après avoir aidé son équipier Jasper Philipsen à la victoire à Milan – San Remo, dont il était tenant du titre.

« Tout est possible »

Toutefois, Mathieu Van der Poel n’a pas encore répondu à toutes les questions concernant son avenir proche. À quelle épreuve participera-t-il cet été lors des JO de Paris (26 juillet – 11 août) ? «Je ne sais pas encore», admet-il. Vais-je participer à la course sur route (3 août), au vélo de montagne (29 juillet) ou aux deux ? Nous prendrons la décision après les classiques. Tout est possible pour le moment. »

Le Néerlandais, qui a fait du Tour des Flandres (remporté en 2020 et 2022) le 31 mars et de Paris-Roubaix (remporté en 2023) le 7 avril ses deux principales destinations printanières, est également tenté d’aider son équipe à décrocher le maillot vert à le prochain Tour de France (29 juin au 21 juillet).

Continuer à lire